Les tendances de l’immobilier en 2020

Les tendances de l’immobilier en 2020
Locataires, propriétaires, prenez connaissance des nouvelles mesures et évolutions de l’immobilier en 2020 grâce à la synthèse concoctée par Compagnie De Construction.
> Partager cet article         

Bilan de l’immobilier en 2019

 

2019 aura été une année très positive pour le marché de l’immobilier. Elle s’est soldée par de très nombreuses ventes immobilières notamment dues à la baisse des taux d’emprunt. En effet, le taux d’intérêt moyen sur les crédits immobiliers a baissé en 2019 (jusqu’à 1.12% en novembre).

Nous constatons une forte hausse des ventes des logements anciens, qui a dépassé la barre des 1 million fin septembre 2019. Cela a notamment entraîné une hausse des prix de l’ancien (+3.2% en 2019).

La forte demande a des répercussions sur le prix des maisons et appartements : une forte augmentation de ces prix dans les secteurs les plus recherchés comme Paris, qui a enregistré une hausse de 6.1% de ses biens et Lyon, qui a enregistré une hausse de 11.3%.

Globalement, la demande de l’immobilier dans les grandes villes s’est fortement accentuée au détriment des zones rurales.

 

Vers une hausse des prix de l’immobilier en 2020

 

En 2020, la tendance ne devrait pas s’inverser : hausse des prix de l’immobilier, comme en 2017, 2018 et 2019. Les spécialistes prévoient malgré tout un ralentissement. D’après les prévisions, en 2020, elle s’élèverait à +1.5% du prix de l’immobilier actuel et avec des pics à +5% pour les grandes agglomérations.

Au niveau des biens situés dans les zones rurales ou dans des villes peu dynamiques, ils auront, comme en 2019, des difficultés à être vendus. Par conséquent, les prix de ces biens seront en baisse ou tout du moins, n’augmenteront pas plus vite que l’inflation.

 

Conservation du prêt à taux zéro (PTZ) dans les zones B2 et C

 

Le prêt à taux zéro (PTZ) devait être supprimé en janvier 2020 dans les zones étendues c’est-à-dire dans les zones B2 et C. Il sera finalement maintenu jusqu’au 31 décembre 2020 pour ces deux zones car l’arrêt de ce prêt aurait pour conséquences de pénaliser le secteur de la construction mais également de bloquer les ménages modestes à acheter leur appartement ou maison et ainsi à devenir propriétaire.

La plupart des maisons neuves Compagnie de Construction se situent en zone PTZ.

Le PTZ permet de financer une partie de l’achat ou de la construction d’une résidence principale. Vous devez respecter certaines conditions pour y avoir droit, par exemple de ne pas dépasser un certain montant de revenus ou bien, pour certains cas, de ne plus avoir été propriétaire de son domicile dans les deux années précédant la demande du prêt. Le montant de celui-ci dépend, en plus des revenus et du nombre de personnes qui occupent le logement, de la zone dans laquelle est implanté votre bien (A, A bis, B1, B2 ou C, C étant les zones les plus rurales). Il est possible de compléter ce prêt avec un ou plusieurs autres prêts.

 

Vers une suppression totale de la taxe d’habitation en 2023

 

La taxe d’habitation est un impôt local sur votre logement qui dépend de ses caractéristiques, de sa localisation, mais également de votre situation personnelle (revenus, composition du foyer…). Tous les propriétaires, locataires ou occupant à titre gratuit doivent payer cette taxe pour leur habitation principale. Si vous possédez une résidence secondaire, cette taxe est également obligatoire.

Depuis 2018, la France tend vers une suppression progressive de cette taxe (uniquement pour votre résidence principale). En 2018, elle concernait 30% des foyers, en 2019 65% et enfin, en 2020, 80%. Les 20% des foyers restants verront le montant de leur taxe d’habitation diminuer de 30% en 2021, de 65% en 2022 pour se voir finalement entièrement exonérés de cette taxe en 2023.

La disparition de cette taxe n’est pas sans conséquence, elle entraînera notamment une augmentation de la taxe foncière. La taxe foncière est encaissée par les collectivités territoriales, elle s’applique à tous les propriétaires et usufruitiers des propriétés bâties et non bâties.

 

Maintien des dispositifs de défiscalisation immobilière

 

Les dispositifs de défiscalisation immobilière sont reconduits à l’identique en 2020 :

  • La loi Pinel vous fait bénéficier d’une réduction d’impôts si vous êtes fiscalement domicilié en France et si vous avez réalisé des investissements locatifs après septembre 2014 (entre 2013 et 2014 c’est la loi Duflot qui s’applique). Attention, pour bénéficier de cette réduction d’impôts, il faut remplir certains critères liés au locataire et à la location. Cette loi est reconduite jusqu’en 2021.
  • La loi Denormandie (mise en place en 2019) est un autre dispositif qui vous fait bénéficier d’une réduction d’impôts si vous réalisez un investissement locatif dans un quartier ancien dégradé. En 2020, ce dispositif est élargi à toutes les communes spécifiques alors qu’en 2019, elle concernait uniquement le centre des 222 villes éligibles. Enfin, cette loi est prolongée jusqu’au 31 décembre 2021.

 

Évolution des taux de crédit en 2020

 

En 2019, les crédits immobiliers étaient très attractifs et cela devrait se maintenir pour 2020. En effet, la Banque Centrale européenne (BCE) a pour but de maintenir une politique d’argent pas cher ce qui est favorable au crédit immobilier.

Or, les conditions de l’octroi de crédit vont se resserrer en 2020 car le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) a demandé aux banques de limiter les risques liés à l’endettement de leurs clients.

 

D’autres évolutions dans le secteur de l’immobilier en 2020

 

Le crédit d’impôt se transforme en prime à la rénovation énergétique. C’est une aide versée par l’État pour les ménages aux revenus moyens et modestes afin qu’ils réalisent des travaux pour faire des économies d’énergie.

La révision des valeurs locatives, qui est inscrite au projet de loi de finances 2020.