Les mesures de récupération d’eau

Les mesures de récupération d’eau
Quelques conseils de Compagnie de Construction pour gérer et économiser astucieusement cette précieuse ressource.
> Partager cet article         

Chaque année, les départements en alerte sécheresse sont plus nombreux. La gestion de la ressource en eau est de plus en plus tendue, en tant que propriétaire de maison individuelle vous pouvez vous aussi préserver l’eau potable avec des gestes simples et prévoir la récupération d'eaux pluviales dans votre projet de construction.

Économiser l’eau au quotidien dans sa maison

Voici quelques actions qui auront à coup sûr un impact sur votre facture d’eau et contribueront au bien-être général.

  • Acheter des appareils ménagers peu gourmands en eau : pour cela, fiez-vous à la classe énergétique de la machine à laver ou du lave-vaisselle, cette dernière prend en compte le nombre de litres d’eau consommés à chaque lavage. Par exemple, choisissez un lave-linge classé A.
  • Ajoutez des économiseurs d’eau sur vos pommes de douche et vos robinets de cuisine. Ces têtes de robinet spéciales ralentissent le débit sans perte de confort et compensent par une augmentation de la pression sous forme de petits jets.
  • Pour les toilettes, on trouve des régulateurs de débit pour w.c., l’astuce de la brique dans le réservoir de chasse d’eau fonctionne également si celui-ci est accessible.
  • Mais avant tout, les habitudes et le comportement de tous les membres de la famille peuvent vous permettre de réduire vos charges en eau : fréquence des bains, laisser couler les robinets pendant que l’on réalise une action (brossage des dents, lavage des légumes…).

Anticiper la récupération d’eau lors de la construction de votre maison

En amont, lors du projet, il est judicieux de prévoir :

  • L’installation d’un dispositif de récupération et de stockage des eaux de pluie : l’eau de pluie est récupérée uniquement à l’aval de votre toiture si celle-ci n’est accessible que pour la maintenance. Elle est stockée sans produit antigel dans une cuve enterrée ou bien hors-sol.

    Les robinets d’amenée d’eau non potable doivent être clairement identifiés avec une plaque signalétique et disposer d’un système de verrouillage en plus du robinet. Il est strictement interdit de les mettre dans une pièce avec robinets d’eau potable (comme la cuisine) destinée à la consommation humaine (seuls les caves, sous-sols, annexes et garages sont admis). D’un point de vue réglementaire, leur entretien est consigné dans un carnet de suivi doit s’effectuer tous les 6 mois. Des contrôles sont régulièrement pratiqués par des agents techniques des municipalités.

    À noter que ce dispositif est à déclarer en mairie lorsque vous utilisez de l’eau de pluie à l’intérieur de votre domicile car après usage, cette eau part dans le réseau d’assainissement collectif.

    Important : Les seuls usages autorisés à l’intérieur de votre habitation sont réservés à votre chasse d’eau, au nettoyage de vos sols et à votre lave-linge sous conditions (après prétraitement de l’eau, si besoin).

  • La possibilité d’une toiture végétalisée : Outre les avantages en matière d’isolation, une toiture végétalisée retient dans son substrat une grande partie de l’eau de pluie ce qui évite de solliciter trop fortement le réseau d'évacuation lors de précipitations abondantes. L’eau ainsi stockée est également récupérable pour usage non potable intérieur (voir ci-dessus) et extérieur (arrosage des plantes et du potager, lavage de véhicule…).
  • Des voies de circulation pensées qui alternent zones perméables et imperméables pour vos allées, cours, platebandes… L’objectif : éviter la stagnation d’eau pluviale, faciliter son écoulement ou son infiltration sans engorger le réseau d’évacuation public. Il existe sur le marché des revêtements non meubles perméables de différentes couleurs et de nombreux stabilisés écologiques pour laisser libre cours à votre créativité !
  • La mise en valeur la végétation naturelle : les pelouses et les plantes ornementales nécessitent un arrosage régulier. Si l’eau pluviale ne suffit pas à les abreuver, pourquoi ne pas privilégier et entretenir avec soin une végétation naturelle adaptée au climat local ?